Comptez sur nous pour verser vos droits d’auteur comme prévu. Découvrez aussi les soutiens que nous vous proposons.
Une question ? Consultez nos FAQ ou utilisez ce formulaire de contact. Nous sommes joignables au 02 286 84 84, chaque jour ouvrable, de 9h30 à 13h.

Rapport annuel CISAC 2020 : 2019 en béton, 2020 en carton…
octobre 30, 2020

La CISAC* vient de sortir son rapport annuel sur les perceptions mondiales de droits d’auteur en 2019 et esquisse des prévisions moroses pour 2020. Si l’année 2019 fut très favorable aux créateurs/trices, il n’en est évidemment pas de même pour 2020. Dans ce rapport, un nouvel appel est lancé au monde politique. Il leur est demandé de venir à la rescousse de celles et ceux qui luttent pour la survie de leur(s) métier(s), dans une période trouble ou l’art et la culture sont plus que jamais essentiels. 

Chiffres 2019 et prévisions 2020 : le jour et la nuit

2019 se caractérise par une hausse globale remarquable de 7,8% des droits perçus sur l’ensemble des disciplines (musique, audiovisuel, arts dramatiques, arts visuels, littérature), pour un total dépassant pour la première fois les 10 milliards €. L’Europe se distingue avec plus de 54% des droits mondiaux perçus (+6,5%) et la Belgique se classe 15e mondiale (+7,4%). 

Malheureusement, malgré ces chiffres réjouissants, les prévisions pour 2020 tablent sur une perte vertigineuse comprise entre 20 et 35% (soit de 2 à 3,5 milliards d’euros en droits) pour l’ensemble des sociétés CISAC… Une situation qui nous pousse à être de plus en plus solidaires et proches de nos auteur.e.s.

 

Radio et TV suspendues aux budgets des diffuseurs

En 2019, cette catégorie représentait la source de revenus la plus importante pour les créateurs/trices (près de 38% des droits perçus). 

Et en 2020 ? Les résultats de 2020 dépendront des budgets des diffuseurs publics et des télédiffuseurs commerciaux qui auront à digérer la baisse conséquente de leurs revenus publicitaires (suite notamment à l’annulation de grands événements sportifs). Ceci aura aussi un effet sur les perceptions de l’audiovisuel, qui avait pourtant bien progressé en 2019 (+6,5%). En 2020, les cinémas devraient quant à eux enregistrer des pertes estimées de 70 à 90%. 

 

Live et musique d’ambiance, la douche froide après l’euphorie

Ce segment occupe la deuxième place du classement des perceptions en 2019 (28%). 

Et en 2020 ? Le secteur sera le plus impacté par la pandémie, avec l’annulation des concerts/festivals/spectacles et la fermeture des restaurants, bars... En se basant sur les chiffres de 2019, on peut estimer qu’un arrêt des perceptions pendant 3 mois équivaudrait à une perte de 700 millions € pour ce secteur.  

 

Le numérique continue son expansion

Le digital gagne encore du terrain et représente 20,5% des droits perçus en 2019. 

Et en 2020 ? Ce mode de diffusion devrait se maintenir à flot, suite au confinement et avec l’augmentation de la télévision à la demande et du streaming de musique.   

 

Les arts visuels portés par le droit de suite

La Belgique connaît une belle progression (+48,6%) et occupe la 10e place dans le Top 10 mondial des contributeurs. Les perceptions liées aux arts visuels ont légèrement diminué en 2019 (-1,9%) à l’échelle mondiale, malgré une belle progression des revenus du droit de suite (+7,4%). 

Et en 2020 ? Les prévisions s’annoncent, ici aussi, fort sombres (ex. : les galeries d’art sont désertées en 2020).

 

Arts dramatiques : stabilité au niveau mondial, boom au niveau belge 

Les perceptions sont stables (+0,03%) au niveau mondial, mais ont connu un véritable boom chez nous (+52,5%) en 2019. 

Et en 2020 ? Un effondrement de ces chiffres est attendu suite à la distanciation sociale et à la fermeture des salles de théâtre.

 

Littérature : merci la reprographie !

Les collectes mondiales liées à ce répertoire sont en léger déclin (-0,9%) en 2019, après une hausse ces 5 dernières années. En Belgique, il faut noter une belle augmentation de 20,9%. La première source de revenus des créateurs littéraires est la reprographie. 

Et en 2020 ? L’évolution reste incertaine. Le confinement amènera peut-être les gens à lire davantage, mais quel sera l’effet de la crise sur la reprographie ? C’est donc le moment, pour les auteur.e.s, de nourrir autant que possible leur créativité, de se rassembler autour de projets qui, s’ils ne peuvent voir le jour avant quelque temps, maintiendront leur talent bien vivant.

 

Le rapport peut-être lu ici dans son intégralité.


*La CISAC (la Confédération Internationale des Sociétés d’Auteurs et de Compositeurs) réunit 232 sociétés d’auteurs dans 120 pays du monde. Elle représente plus de 4 millions de créateurs/trices (audiovisuel, arts dramatiques, musique, littérature et arts visuels).
 

share

Avez-vous des questions?

Notre Customer Service vous répondra dans les meilleurs délais.

 

Contactez-nous